Photo au flash

Généralités sur le flash.

 

  1. I) Deux notions communes à tous les flashes:

 

  1. La t° de couleur de la lumière est de 5.500° K, type lumière du jour.( à développer)
  2. Le nombre-guide: est toujours donné pour 100 Iso et avec le zoom du réflecteur au max. Par ex. NG 40, à F4 cela donne 40/4 = 10m.(portée max du flash à F4 pour 100 Iso). Si le sujet est à 5 m nous avons 40/5 = 8(ouv. F8). NG x 1,4 pour 200 Iso, x2 pour 400, x 2,8 pour 800 et x 4 pour 1600 Iso.

 

  1. II) Flash dédié à l’appareil

 

Le confort et les performances au top dans l’usage du flash est un cobra, dédié au boîtier: tout est automatique, il faut seulement tenir cpte de la portée max. donnée par le NG.(voir ci-dessus).

Fonctions accessibles par le boîtier :

  1. synchro sur vitesses lentes et sur second rideau.(Rear)
  2. synchro FP.( à toutes les vitesses du boîtier)
  3. mesure E. TTL( le boîtier contrôle l’éclair à travers l’objectif,  même en flash indirect ).
  4. corrections flash par crans de 1/3 Ill possible
  5. mesure 3D( avec objectifs D, prise en compte de la distance du sujet).
  6. déclenchement à distance d’un ou de plusieurs autres flashes en TTl et sans cordon.
  7. Fill-in possible (exposition simultanée au flash + lumière ambiante).

Fonctions accessibles par le flash: – mode manuel (éclairs plus brefs).

– aide à l’auto-focus par rayons infra-rouges.

Voir aussi: bounce flash , réflecteur, diffuseur grand angle . .

 

 III) Réglages possibles sur un flash non dédié mais perfectionné:

C’est parfois le cas de flashes d’une génération précédente qui étaient dédiés à un appareil plus ancien. A voir au cas par cas et avec le manuel du flash! Le réglage des Iso, du diaph., de la tête zoom doivent se faire souvent manuellement.

1 .Mode manuel – à puissance constante ou à puissance réglable (de ½ à 1/128e par ex.)

  1. Mode auto par cellule du flash.(A)

 

  1. IV) Le flash intégré au boîtier.

Pour: toujours disponible, automatique, excellent pour déboucher un avant-plan proche.

Contre – faible puissance.

– problème des « yeux rouges » en ambiance peu lumineuse (à développer)

– vide rapidement l’accu de l’appareil photo.

 

Problème des yeux rouges: en faible lumière, la pupille de l’œil s’ouvre au max. découvrant le fond de l’œil fortement vascularisé. L’angle d’incidence de la lumière étant égal à l’angle de réflexion, si le flash est proche de l’axe optique de l’objectif, on photographie ce fond de l’œil qui apparaît comme un point rouge.

Remède: éclairer la pièce (la pupille se ferme), décaler le flash de l’axe optique.

 

Conseils: le flash est surtout intéressant comme éclairage complémentaire à la lumière du jour (débouchage des ombres) ou en lumière artificielle, mais pas comme éclairage principal.

Si c’est possible, il faut adapter sa puissance au but recherché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.